Avertir le modérateur

27/07/2007

Les pauvres se contentent de peu

Le monde change sans cesse. Pour preuve le projet Sahara Wind, qui consiste a installer des éoliennes off-shore sur la côte ouest africaine afin de produire de l'électricite... pour l'Europe (http://www.saharawind.com/economics.htm). Les ingénieurs des compagnies europeennes fourmillent de ce genre d'idees qui sous couvert d'aide au developpement consistent à aller puiser encore un peu plus dans les ressources des pays du Sud. Un exemple similaire concerne une etude avancée des possibilités de construire des centrales solaires thermiques pour exporter l'électricite... vers l'Europe bien entendu. La justification en est que ces pays, au vu de leur consommation, ont moins besoin de cette électricite que l'européen moyen.

De même les habitants des pays pauvres ont moins besoin de manger que les occidentaux de se déplacer en voiture. C'est en substance ce que viennent d'affirmer les Etats-Unis et le Bresil en signant des accords pour la production de bioéthanol qui va rentrer en concurrence avec l'agriculture vivriere. La Chine, de son côté, a decidé de ne pas produire d'essence a partir d'aliments mais d'investir dans les technologies dites de deuxième génération qui peuvent extraire du carburant à partir de la partie fibreuse de la plante (la cellulose). Mais il est bien connu que la Chine est un pays où les droits de l'homme n'ont pas d'importance, elle ne peut donc pas être prise en exemple.

Les Nigérians n'ont pas besoin d'essence, c'est bien connu. C'est pour cela qu'ils souffrent de pénurie de carburant tout en produisant du pétrole pour l'Europe et les Etats-Unis.

Les pauvres sont habitués a peu. Ils n'ont donc pas de besoins. C'est ce cynisme qui s'applique encore et toujours dans le rapport de l'occident au reste du monde. Quand s'arrêtera cette pseudo-équité qui veut que l'on donne a chacun selon ses besoins, c'est à dire selon sa richesse ? On nous avendu (à raison) les énergies renouvelables comme améliorant notre "indépendance énergétique" mais on s'est vite rendu compte que la nécessité de limiter les émissions de CO2 rentrait en opposition frontale avec le maintien de notre mode de vie, et encore plus avec l'amélioration des conditions de vie des pays dits "en voie de développement". L'indépendance énergétique est bien entendu une vaine illusion, et plutôt que de parler de partage des ressources on va aller se servir, comme d'habitude, chez les autres.

On peut voir dans des présentations sérieuses, au cours de conférences sur le gaz, que la notion de "sécurité énergétique" (plus large que l'indépendance énergétique) est fortement liée à l'idée de pays "à riques" ou encore "instables". Autrement dit le problème c'est qu'on a envie de se servir chez des gens qui ne nous aiment pas forcément, et qui nous aiment de moins en moins au fur et à mesure qu'on les pille. Il faut donc se garantir au moins la complicité d'une élite corrompue par nos richesses, notre technologie, pour garantir la "stabilité", c'est à dire la continuité des approvisionnements. L'idée de produire de l'électricité hors de l'Europe rejoint donc cette grande tradition, et on peut se demander si les efforts de Nicolas sarkozy, qui passe allègrement de la "françafrique" tristement célèbre à une "Eurafrique" qui symbolise la "rupture", ne visent pas à préparer ce nouveau pillage, nécessaire dans notre culture.

Evidemment il n'y a pas loin d'une bonne idée à une monstruosité. Partager les ressources de la planète paraît complètement souhaitable, et si un pays possède beaucoup plus de ressources qu'il n'en a besoin c'est un devoir éthique de faire bénéficier les autres de ce qui n'est qu'une chance. Exploiter les énergies renouvelables est également nécessaire, c'est la seule solution sur le très long terme. Mais avant de partager il faut se mettre d'accord sur les besoins, et la conception morale que l'on se fait de l'humanité devrait imposer de dire que chacun sur cette planète a par nature des besoins similaires en quantité, même s'il peut les satisfaire de manières variées. A terme la consommation énergétique devrait donc être à peu près la même pour tous (en tenant compte des variations du climat qui imposent de se chauffer), la consommation en calories et en eau devrait s'égaliser. Mais une telle évolution ne se fera pas par le marché, elle se fera par la politique , et si notre aveuglement égoïste persiste elle se fera par l'affrontement, violent sans doute comme c'est déjà le cas au Nigéria. Parce que évidemment cette nécessité éthique exige que nous diminuions notre consommation.

Il est passé maintenant le temps du rêve de la croissance, où l'occident pouvait se poser en pionnier, ouvrant la voie aux "pays en voie de développement", ceux-ci voyant la satisfaction de leurs besoins reportée à un futur sans cesse repoussé, lui même dépendant d'abord de notre faculté à avancer et à leur transmettre notre "progrès". On sait maintenant que la consommation individuelle aux Etats-Unis, et même en Europe, n'est pas tenable à l'échelle de la planète. Comment en plus parler de croissance ? Nous ne sommes donc pas des pionniers du progrès, mais une aristocratie mondiale (avec sa haute et sa basse aristocratie), qui dirige les hommes des autres pays selon ses besoins et dont le bonheur est la cause même des malheurs des autres.

Et maintenant d'autres pays veulent développer ce type d'aristocratie. L'Inde, la Chine, la Russie, le Brésil, l'Afrique du Sud, les pays du Moyen-Orient, tous rêvent de détrôner notre aristocratie pour placer la leur. Il n'est que peu question encore de solidarité et de justice, ce sont des élites qui s'opposent à d'autres élites dans une course au gaspillage total. La chute de l'occident n'entraînera malheureusement sans doute pas la fin du modèle occidental.

 Les pauvres se contenteront de peu encore longtemps.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu