Avertir le modérateur

15/12/2007

Des émeutes à la révolution

On sait que les révolutions se nourrissent à la fois des injustices structurelles et d'une conjoncture économique défavorable. elles se nourrissent également d'un travail "philosophico-politique" préliminaire qui associe la révolution à autre chose qu'une vague de criminalité (la philosophie des lumière, les écrits de Marx ou Lénine). Mais paradoxalement ceux qui la craignent le plus, qu'on les appelle les exploiteurs, les nantis..., ceux-là même la voient rarement pour ce qu'elle est, ils n'ont pas l'odorat adapté à l'odeur de la poudre.

Cette question m'est apparue à la suite des émeutes de Villiers-le-Bel et ce que je peux percevoir de l'évolution des banlieues. Les émeutes consécutives à la mort d'un "jeune" face aux forces policières existent depuis une vingtaine d'années. elles étaient au début localisées et en novembre 2005 elles se sont propagées à l'ensemble du territoire, c'est à dire aux "cités". Cette évolution a marqué tous les esprits, elle note un début de conscience collective concernant ces territoires qui sont toujours définis en creux dans les médias (l'ailleurs, les autres, l'extérieur à la vie, du moins celle des médias). Il s'est avéré que ce creux était en fait plein, bouillonnant de vie et d'angoisse et que ses réactions ne se bornaient plus à des agressions isolées. Et même,ces territoires autrefois semblaient s'affronter (ce qui signifiait que les bandes s'affrontaient). Il est apparu clairement que l'image de la "racaille" qui vousarrache le portable Gare du Nord était décalée par rapport à la nature des événements. On peut même avancer l'idée que, dans un pays comme la France où tous les droits ont été arrachés par la violence, les émeutes de banlieue ont fait plus pour l'intégration de celles-ci au territoire que trente ans de politique de la ville. En vérité elles ont forcé le respect, dans le sens strict de cette expression.

Les émeutes de Villiers-le-Bel sont restées cantonnées mais on doit noter qu'elles font suite à un événements où les forces de police semblent relativement peu en cause par rapport aux bavures antérieures. Et aussi, s'il faut en croire les reportages du Monde par exemple, les émeutiers sont venus d'autres quartiers, se comportaient de manière organisée et se considéraient "à la guerre". Les incidents ont été plus violents que les émeutes de 2005. Evidemment les journalistes qui roulent pour leurs patrons veulent nous faire croire qu'il s'agit d'une montée d'un cran en direction de la barbarie. On pourrait pourtant essayer de pousser un peu le diagnostic sociologique.

Il est évident que les soulèvements visent l'Etat et les forces de police en particulier. On sait qu'un certain nombre de délits ont diminué depuis quelques années mais que les violences à l'égard des forces de police a explosé. Parallélement, le traitement infligé par les forces de police est passé devant l'insécurité dans les préoccupations des habitants de banlieue. Les signes sont très clairs pour qui s'essaie à une approche humaine du processus. On n'assiste pas à une émergence ou une montée en puissance de forces barbares. Au contraire. On assiste à un repli solidaire d'individus qui se sont considérés comme délaissés depuis plusieurs décennies et qui se découvrent aujourd'hui un destin collectif, et qui découvrent, depuis les émeutes, qu'ils peuvent agir pour construire leur destin. Cette action peut emprunter de nombreuses formes mais, dans la situation actuelle, elle ne peut se concevoir que comme opposition à l'Etat et opposition à une partie de la société (qu'on pourrait très hâtivement qualifier de "blanche" mais la question bien sûr n'est pas là) qui a pris l'habitude de ne pas donner plus de crédit aux banlieues qu'à un foyer de la SPA. Et bien sûr,l'une des formes de cette opposition est la violence, une violence de plus en plus orgnaisée et de plus en plus ciblée.

On ne peut se pencher de voir un signe dans le fait de voir un rappeur comme Monsieur R (poursuivi pour avoir voulu "baiser la France") signer un album hommage à Che Guevara avec Olivier Besancenot en guest star. Au delà de l'image romantique de l'homme au béret, le Che fut à la fois le téhoricien et le praticien de la guérilla révolutionnaire dont l'objectif très clairement affiché était la prise du pouvoir par les armes. Penser que cette association est au-delà de la capacité d'imagination des gamins de banlieue c'est sous-estimer (à mon avis) la vitesse à laquelle des idées peuent se propager dans notre société et le degré de maturité des esprits de banlieues, bien supérieur à ce qu'on imagine et même bien supérieur à celui des quartiers aisés. On a vu le mouvement qui a poussé une partie des banlieues à s'inscrire sur les listes électorales pour voter Ségolène Royale, mouvement qui ne témoigne pas bien sûr d'un amour pour le particulier socialiste mais d'une volonté de faire masse pour s'en sortir. La gauche a jusqu'ici échoué à comprendre les banlieues, essentiellement parce que la gauche n'était pas à gauche. Avec Besancenot maintenant la jonction est en train de se faire. Bien sûr il ne s'agit pas de réduire les banlieues à un stéréotype moutonnier. Il est évident que les divergences de vue, les personnalités, les sensibliltés, sont aussi variées en bnalieu que partout ailleurs. Mais, encore une fois, l'urgence de sortir de l'impasse, la découverte qu'on peut agir sur son destin en faisant masse, tout cela peut pousser les populations de banlieue à faire taire leurs divergences pour réaliser un objectif. 

Pour tous ceux que l'on traite de "racailles", ceux qui commettent en vérité des délits, il s'agit aussi de sortir d'une spirale dévalorisante où on vole aux autres pour survivre. Il s'agit maintenant de se battre pour s'autoriser et autoriser lses semblables à avoir une vie qui vaut celle des autres français, ni plus ni moins. Pour tous ceux qui sont assimilés aux voleurs il s'agit de se faire justice, de laver toutes les discriminations accumulées. Et peut-être bientôt la banlieue va se découvrir un rôle d'"avat-garde" comme l'aurait dit Che Guevara. En effet, la tendance économique de ces dernières années n'est pas de ramner les habitants des banlieus au niveau du reste de la France mais plutôt de pousser une majorité du territoire français vers les conditions de vie inaugurées en banlieue (désertion totale de l'Etat exceptées les forces policières, droits fondamentaux non respectés, travail à temps partiel pour un salaire dérisoire). 

Cette prophétie fera peut-être sourire beaucoup de gens mais je crois que là encore l'écho positif que rencontre Olivier besancenot en banlieue peut être le signe avant-coureur d'une jonction des opprimés, qui sera difficile il faut bien l'admettre. La crise du CPE a montré à la fois une volonté de faire se rejoindre les revendications et une vraie fracture entre les "petits blancs" et les jeunes de banlieue. Il est difficile de pronostiquer à quelle vitesse les choses peuvent évoluer mais la situation économique mondiale et française, la Blitzkrieg du gouvernement contre tous les droits sociaux indiquent clairement le sens que risque de prendre l'histoire. Encore une fois on se souvient qu'en France le peuple n'a la plupart du temps obtenu justice que par la violence. A ce titre on aurait dû comprendre que les banlieues ne sont ni arabes ni africaines, elles sont intégrées à la tradition politique française depuis longtemps déjà.

Commentaires

Bonjour, je ne sais pas qui a écrit ce commentaire mais il est à la fois profond et intéressant...

La figure de Guevara est d'autant plus dangereuse que déformée par rapport à la réalité: meurtres, exécutions de masse, formation d'une police politique, ruine de l'économie cubaine et appauvrissement de toute la population touchée. Lorsque la démagogie s'installe au pouvoir et qu'elle sait encourager les haines aussi fondées soient elles, le pire est à craindre...

Écrit par : Laurent Muller | 16/12/2007

A vrai dire mon commentaire n'est sans doute pas aussi profond que vous le supposez. J'ai essayé de rester factuel dans mon analyse, mais à titre personnel j'ai beaucoup plus de respect pour Che Guevara que pour nombre de nos politiques actuels.
Par exemple je suis outré que l'on s'en prenne à Chavez parce qu'il traite Aznar de fasciste. Même si l'ancien premier ministre espagnol a de la prestance et de la moustache il a participé au déclenchement d'une guerre en Irak qui a fait 1 million de victimes civiles et plusieurs millions de déplacés. Et son parti est notoirement infesté d'anciens franquistes.
Je ne crois pas que le Che ait fait autant de victimes que le système que nous révérons tant (dont les axes sont capitalisme/libéralisme/individualisme/liberté), même s'il se réfère explicitement à la violence. Il est simplement moins hypocrite. La violence n'est pas souhaitable mais parfois nécessaire. Les résistants français ont exécuté des centaines de personnes (peut-être des milliers, faudrait vérifier) et probablement parmi elles des innocents. Tout le monde est donc d'accord pour dire que le jugement sur la violence dépend de l'objectif qu'elle s'est fixée. Quant à l'appauvrissement de la population cubaine, il me semble que les paysans en particulier se sont enrichis par rapport à l'ère Batista (il faut voir d'où venait Cuba quand même) et plus récemment l'embargo américain a participé beaucoup à l'appauvrissement de l'île.
Cela dit je n'en suis pas encore à dire que la violence est devenue nécessaire en France. Mais on sent très bien que le point de basculement n'est plus très loin.

Écrit par : l'auteur | 16/12/2007

Bonjour

Trés bon débat mais à votre avis Laurent, pourquoi l' anonymat est il de mise dans un tel débat démocratique ?

Existe-t-il aujourd' hui une écologie relationnelle capable de tout resoudre ?

Écrit par : pysychologue.com | 18/12/2007

A propos d' André Gluxmann
Comment peut on s' insurger pour défendre les droits de l' homme en Chine alors qu'ils ne sont pas respectés en France ? Comment ne pas dénoncer les GOULAGS CAPITALISTES lorsque l'on sait que prés de 40% des enfermement sont abusifs (les asiles de la honte par Colombani) ? Comment ne pas hurler face à la désinformation et à plus grande conspiration, celle du 11 septembre 01 qui à provoquée le début d'un génocide en Irak et la montée du fascisme en France en 2002 ? (arestation arbitraire en prison, garde à vue et hôpital psychiatrique ?) Aprés avoir dénoncé les les grand philosophes comme des "maitres penseurs" André GLUKSMANN est-il devenu le maitre penseur du conformisme et de l'impérialisme dans un monde d' injustice où la richesse des 4 plus grandes fortunes est équivalente aux biens des 600 000 000 les plus pauvres !
Non Mr GLUXMANN n'est pas un philosophe mais un commerçant.
GLUXMANN n' est pas SARKOZY mais il n' est pas SARTRE non plus!
L' engagement auprés des plus défavorisés ça compte! Le discours de la haine
c' est le "Sarko-speaking" lorsqu' en dehors de toute considération écologique,
il ne fait que recycler un gaullisme abatardi ...

Écrit par : pysychologue.com | 18/12/2007

Re :
"Comment peut on s' insurger pour défendre les droits de l' homme en Chine et/ou en Russie alors qu'ils ne sont même pas respectés en France ?
Comment ne pas dénoncer les GOULAGS CAPITALISTES lorsque l'on sait que prés de 40% des enfermement sont abusifs (les asiles de la honte par COLOMBANI) ?
Comment ne pas hurler face à la désinformation et à la plus grande conspiration, celle du 11 septembre 01 qui à provoquée le début d'un génocide en Irak et la montée du fascisme en France en 2002 ?
Arrestation arbitraire en prison, garde à vue et hôpital psychiatrique ?
Aprés avoir dénoncé les les grand philosophes comme des "Maitres Penseurs" André GLUKSMANN est-il devenu le maitre penseur du conformisme et de l'impérialisme dans un monde d' injustice où la richesse des QUATRE plus grandes fortunes est équivalente aux biens des 600 000 000 les plus pauvres !
Non A. GLUXMANN n'est plus un philosophe mais un commerçant.
GLUXMANN n' est certe pas SARKOZY mais il n' est pas SARTRE ni LACAN non plus! Et sa théologie n' est pas celle de Mgr Lustiger!
L' engagement auprés des plus défavorisés ça compte!
Le discours de la haine ou "Sarko-speaking" lorsqu' en dehors de toutes concidérations écologiques, celui-ci ne fait que recycler un gaulisme abatardi .. "

Écrit par : pysychologue.com | 18/12/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu