Avertir le modérateur

23/02/2008

(Troisième ?) Guerre Mondiale

Qu'est-ce qu'une guerre mondiale ? A part le fait qu'il en a axisté deux dans nos livres d'histoire, le terme de guerre mondiale n'a pas de définition précise. Dans notre imaginaire il ramène avant tout à un massacre à grande échelle. Dans le cas de la deuxième guerre mondiale, surnommée la "drôle de guerre", ce fut avant tout un massacre de civils dans des circonstances qui avaient peu à voir avec la guerre. Certains historiens pourraient également arguer que la deuxième guerre mondiale a réellement commencé lorsque les nazis ont testé leur armement lors de la guerre d'Espagne. Une guerre mondiale c'est en quelque sorte une accumulation de conflits régionaux qui vont trouver leur solution dans le désordre créé par un événement ponctuel (l'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand, l'invasion de la Pologne).

Les protagonistes s'agrègent en fonction de leurs intérêts personnels pour former deux camps hétéroclites (et mouvants) dont l'affrontement conduira à une redéfinition globale des équilibres géostratégiques. De ce point de vue la "Guerre Froide" peut être rétrospectivement qualifiée de troisième guerre mondiale, avec cette spécificité que les camps étaient définis idéologiquement et que l'affrontement sera demeuré très fortement indirect. L'écroulement et l'xplosion de l'Union Soviétique a en effet entraîné les seules modifications importantes de frontières depuis Jalta.

De même il apparaîtra sans doute aux historiens que les attentas du 11 septembre 2001 ont initié le scénario d'une guerre mondiale (la quatrième ?) dont les contours commencent seulement à se préciser maintenant. Cette guerre verra "en gros" l'occident et ses alliés s'affronter aux anciennes colonies et dépendances (incluant l'Inde et la Chine) pour la redéfinition des pouvoirs mondiaux. Les noeuds se resserrent en deux points traditionnels d'émergence des conflits: le Moyen-Orient et les Balkans. L'attaque de l'Irak par les Etats-Unis et ses alliés a véritablement marqué le déclin des Etats-Unis en tant qu'hyperpuissance, plus encore que les attentats du 11 septembre. Elle a montré que les Etats-Unis n'avaient pas les moyens de gérer la planète, pas même ceux de reconstruire des pays comme l'Irak et l'Afghanistan. L'Empire se résume à une puissance de destruction. Cette impuissance (en partie inattendue) a permis à d'autres puissances de s'émanciper. L'Iran, visé par la foudre de Bush, s'est choisi un président nationaliste qui tient tête pour l'instant à la dite "communauté internationale". Il forme avec le Hamas et le Hezbollah un axe de résistance au Moyen-Orient à la fois militaire et politique. L'échec d'Israël au Liban a renforcé le Hezbollah et donné des idées au Hamas au même titre que l'échec de Bush en Irak. Ce triplet est en concurrence avec la mouvance Al Qaïda, toujours très difficile à cerner dans ses objectifs et du fait de ses liens passés avec la CIA. Le monde musulman est donc partagé entre ces deux pôles de résistance (l'un essentiellement chiite et l'autre foncièrement sunnite) qui s'affrontent ouvertement tout en ayant des intérêts communs face à l'occident.

L 'échec en Afghanistan a par ailleurs déstabilisé les zones tribales du Pakistan et au final l'ensemble du Pakistan. Ce pays aux contours troubles repose sur la bombe atomique et des services secrets puissants qui ont cultivé des liens étroits à la fois avec les Etats-Unis et avec Al Qaïda. L'Etat major se rend sans doute compte maintenant que pour ne pas imploser il devrait prendre ses distances à la fois avec les uns et les autres. Cela pourrait se traduire par un rapprochement avec l'Iran et un casse-tête supplémentaire pour Israël.

L'appui apporté aux kurdes en Irak a également propagé le trouble jusqu'à la Turquie. Cet allié traditionnel des Etats-Unis est en train de prendre ses distances avec l'Amérique. Le déclenchement d'opérations terrestres au nord de l'Irak est un nouveau signe que les américains ne contrôlent plus la situation au Moyen-Orient. Un état souverain irakien ne saurait tolérer ce genre d'incursion et la légitimité du gouvernement instauré par l'occupant s'en trouve d'autant plus compromise.

L'interventionnisme systématique de l'occident au Liban est un autre facteur de déstabilisation d'une région déjà tendue. Les partis désignés comme pro-syriens (le Hezbollah et le parti du Général Aoun) forment de fait une coalition nationale interconfessionnelle, alors que les "démocrates" sont en grande partie composés de girouettes qui se sont soumises à la Syrie lorsque cela servait leurs intérêts personnels. Il est très difficile de comprendre l'origine des attentats politiques à répétition mais le fait est qu'ils ne servent pas vraiment les intérêts syriens (par ailleurs un des rares pays stables dans la région). Qui plus est critiquer l'interventionnisme syrien sans condamner ouvertement les actions d'Israël au Liban et en essayant d'imposer sa propre solution est une marque ultime d'hypocrisie de la part de nos gouvernements.

 Pour finir avec le Moyen-Orient, le refus de reconnaître la victoire démocratique du Hamas et de négocier avec celui-ci est encore une fois un facteur d'aggravation des turbulences. On peut être laïque et reconnaître la victoire d'un parti religieux à une élection. On peut surtout accepter qu'on doit finir par faire la paix avec ses ennemis et avec les terroristes. Contrairement aux idées reçus, la paix est une attitude anti-idéaliste et pragmatique, elle consiste à fermer les yeux sur un certain nombre de crimes passés pour éviter les victimes futures. Le refus d'Israël d'accepter les propositions de cessez-le-feu du Hamas est non seulement criminel vis à vis des populations palestiniennes mais également vis à vis du propre peuple israëlien confronté aux roquettes à Sderot. La tentative d'affamement des populations de la bande de Gaza n'a pas d'autre nom que celui de crime contre l'humanité. Heureusement l'ouverture de la frontière avec l'Egypte a permis d'y trouver un échappatoire. Au passage ce crime place une nouvelle fois un allié fidèle des Etats-Unis dans une position difficile, l'Egypte étant confrontée à la montée des Frères Musulmans dans la société.

On voit donc que la politique américaine, israélienne et occidentale, n'a pas eu d'autre conséquence que d'interconnecter tous les problèmes et de précipiter l'arrivée d'un conflit global au Moyen-Orient.

Pourtant il se pourrait que la poudrière explose d'abord aux Balkans, dans une région quijusqu'à présent n'attirait que modérément l'attention: le Kosovo. Le peuple français et d'autres pays européens vont bientôt découvrir que leurs gouvernements ont reconnu un pays autoproclamé indépendant sans passer par l'instance de l'ONU, c'est à dire un pays illégal au sens du droit international. On pourrait se dire que cela est de peu d'importance si ce n'est que ce précédent pourrait pousser d'autres régions de la planète à s'autoproclamer indépendants au nom du "droit des peuples à disposer d'eux-mêmes". Quels arguments pourraient alors pousser nos dirigeants à ne pas les reconnaître ? Déjà les serbes de l'enclave de Mitrovica veulent s'appliquer le même droit. Peut-on imaginer la Serbie, au sein de laquelle une enclave kosovarde, au sein de laquelle une enclave serbe ? Les serbes bosniaques pourraient également se précipiter dans la brèche. Les palestiniens aussi...

Un autre point important c'est que la décision des pays européens n'est pas unanime, des pays comme l'Espagne, la Roumanie et la Grèce sont opposés à la reconnaissance du Kosovo en tant que nation. Ce point marque probablement la fin du rêve d'une Europe politique, si les pays européens ne reconnaissent pas les mêmes pays au sein même de l'Europe, toute avancée en terme de politique commune est inenvisageable. Il est probable que cela posera également des soucis en matière de politique économique commune.

Enfin cette décision se fait au mépris de la puissance russe. C'est un argument qu'on pourrait balayer d'un revers de main au nom de notre idéalisme, on peut toutefoiss e demander si le jeu en vaut bien la chandelle. La Russie vient d'annoncer qu'elle était prête à user de la force pour faire face à cet état de fait "illégal". Comprend-on exactement ce que cela signifie ? Potentiellement un conflit entre l'OTAN et l'armée russe dans les Balkans, avec des pays comme la Roumanie ou la Grèce qui pourraient être implicitement les alliés de la Russie.   

Il faudra revenir un jour sur ce fameux droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, une sorte d'extension de l'habeas corpus chrétien à la notion de peuple et qui finalement se retourne contre l'individu lui-même. Au lieu de promouvoir la dignité et l'égalité des individus dans une société où règne un partage équitable et où les cultures régionales pourraient être respectées, on incite au séparatisme et au conflit permanent, la plupart du temps en vue de s'approprier certaines richesses ou matières premières, ou en vue d'affaiblir des entités politiques adverses. L'indépendance est en général une simple vue de l'esprit puisque les pays sont toujours reliés les uns aux autres par des relations d'interdépendance, seule l'autonomie, c'ets à dire la faculté de prendre un certain nombre de décisions séparément a un sens réaliste. L'autonomie prend en compte le fait que l'unité politique et militaire est d'abord un facteur de force et qu'il vaut mieux combattre pour sa dignité au sein d'une structure solide que de créer une structure faible où on est le chef. Cette rationalité collective se herute malheureusement aux ambitions individuelles de quelques chefaillons, vite corrompus et armés par le premier venu, qui n'hésitent pas souvent à sacrifier leur peuple pour assoiffer leur désir de pouvoir. Apparemment il aura fallu attendre l'absurdité du Kosovo et peut-être le conflit qui s'ensuivra pour comprendre la nature des mouvements nationalistes.

Revenons à notre panorama: qu'adviendrait-il d'un occident divisé entre deux fronts de résistance active, l'un au Moyen-Orient, l'autre dans les Balkans. Voyant la difficulté des Etats-Unis et de ses alliés à maîtriser la situation face à l'Irak et l'Afghanistan, on imagine ce qu'il en adviendrait s'il fallait gérer l'Iran, la Syrie, le Liban, le Pakistan et la Serbie soutenue par la Russie. Sachant de plus que les interventions auraient probablement un soutien assez faible dans les opinions occidentales, où trouver les volontaires pour aller au feu ? Un retour à la conscription ? 

Par ailleurs quels seront les pays prêts à soutenir l'occident dans une croisade désespérée ? Pas l'Amérique du Sud, à l'exception peut-être de la Colombie (ou plutôt de son gouvernement). Le continent sud américain devrait continuer à profiter de la faiblesse américaine pour se développer et s'émanciper. Des pays comme la Bolivie et le Venezuela pourraient encore compliquer la situation en interrompant des fournitures de gaz ou de pétrole mais leur intervention en resterait sans doute à ce stade. En Asie la Chine bénéficierait d'une chute de l'Occident qui lui ferait gagner en puissance mais qui l'obligerait à se retourner vers son marché intérieur plus vite que prévu. Si la Chine devait prendre position, elle le ferait sans doute contre les Etats-Unis, ne serait-ce que pour des raisons de concurrence dans l'accès aux ressources énergétiques. L'Inde est traditionnellement l'alliée des américains mais sa position stratégique est en fait similaire à celle de la Chine. L'évolution au Pakistan pourrait également déterminer la position indienne.

Il reste les alliés de toujours, à savoir Israël, la Corée du Sud et Taïwan, des pays qui doivent leur existence à l'aide occidentale et qui auraient tout à perdre à la défaite de l'occident. On peut noter que même de ce côté la récente pulvérisation des indépendantistes aux élections législatives taïwanaises pourrait annoncer un spectaculaire retournement des relations avec la Chine.

En fait il faut se rendre à la raison que dans le monde on n'aime pas les occidentaux et qu'il y a de bonnes raisons à cela. Le conflit qui s'annonce sera probablement (espérons le) moins spectaculaire que les précédents puisqu'un certain nombre de protagonistes disposent de la bombe atomique. Il continuera donc de se dérouler en terrain neutre, l'Irak, la Serbie, l'Afrique. L'affaiblissement de l'occident se fera plus au moyen de rétorsions économiques et de l'étranglement énergétique que par des bombardements (exception faite bien sûr des attentats). Le résultat sera pourtant similaire à celui des autres guerres mondiales: une redéfinition de la carte du monde, la chute de puissances traditionnelles, l'émergence de nouvelles puissances. Pour la première fois depuis longtemps il faudra cependant se demander à quoi ressemblera un monde dessiné par des puissances non-occidentales. Ce sera probablement l'occasion de revisiter l'histoire de notre civilisation et des crimes qu'elle a perpétrés.

Commentaires

Je pense que malheureusement, le monde a besoin effectivement d'une guerre mondiale pour pouvoir sortir de ce blocage total. Dans l'horizon proche parait venir une guerre mondiale immensément terrible et catastrophique. Je considère les USA et l'état d'Israël responsables de ce qui va se passer.
http://kritik.blogg.org

Écrit par : tribak | 23/02/2008

t'as son tribak une bonne guerre pour tout arranger ?

Il y en a qui on besoin de se faire soigner ou piquer dont toi sus-mentionné

Écrit par : stephane | 25/02/2008

jsui d'accord avec tribak malheureuseumen la guerre sera inévitable tant k'il y'aura de l'injustice du colonialisme de la part des pays occidentaux tant kil yaura des pays super riche et dotre super pauvre et tant kil yaura dés ingerence occidentale dans les pays du tiers monde(tout ca par interet econoimique).le vrai probleme c toute les magouille des pays riche c pa l'islam ou les pakistanais ou l'iran le probleme faut pa l'oublié tant kil yaura de linjustice yaura pa de paix

Écrit par : titi75 | 25/02/2008

La troisième guerre mondiale est commencée. Et elle finira en apothéose atomique.

http://www.armagh-qc.com/armagh_3e_guerre_mondiale.htm

Écrit par : zarmagh | 27/02/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu