Avertir le modérateur

08/04/2010

Le buzz et la rumeur

Le métier de journaliste est décidément bien particulier.

Un jeune étudiant de Science-Po se fait "moucher" par Mélenchon lors d'une pseudo-interview, toute la corporation s'émeut. Il s'avère que la mission de l'étudiant était de provoquer le "buzz", le dernier joujou journalistique qui consiste à faire parler de quelque chose même si ça n'a aucun intérêt. Pari réussi, Mélenchon s'emporte parce que le jeunot veut lui faire parler des maisons closes alors qu'il venait de prendre le sujet en exemple comme le type même de la diversion médiatique pour éviter les sujets de fond.

Si la forme est effectivement rude, le fond mérite un peu plus d'attention. D'autant plus que l'explication de Mélenchon sur France 5 est loin de prendre la forme du repentir. Il insiste lourdement sur les déviances de la corporation journalistique et il essaie de bouger le monolithe médiatique. Il parle de la précarité des journalistes, de la recherche du sensationnel, etc... Bien entendu son interlocuteur essaie de le ramener sur le registre de l'excuse et pas de la remise en cause de sa profession. Et surtout, on retrouve l'idée du "buzz" que Mélenchon aurait provoqué pour faire parler de lui, pour exister médiatiquement comme on dit.

Cette intention prêtée à Jean-Luc Mélenchon est en fait plus révélatrice de la mentalité des journalistes que de celle de l'homme politique. S'il ne dédaigne pas peut-être avoir faire parlé de lui, il est symptômatique qu'un journaliste ne puisse pas envisager que Mélenchon ait d'abord été poussé par l'envie de défendre une idée. Son intervention à France 5 est pourtant claire il y a. Si Mélenchon veut faire parler, c'est d'abord pour s'attaquer au pouvoir des médias, promouvoir une autre conception du journalisme. Mais dans la conception journalistique, la politique n'est pas une affaire d'idées, seulement une affaire d'hommes et de pouvoir. Et il est vrai que les Sarkozy et autre Ségolène s'efforcent de leur donner raison, de faire marcher la machine médiatique, qu'ils servent aussi bien qu'elle les sert. D'abord faire parler de soi, surtout enterrer le débat d'idées...

Mélenchon s'attaque à un mur autrement plus solide que le mur de Berlin. A titre personnel, mon dégout de la profession journalistique m'est venu le jour du suicide de Pierre Bérégovoy. Cela peut sembler anodin aujourd'hui mais j'écoutais alors France Info, radio pour laquelle j'avais un certain respect. Une des questions qui tournaient en boucle pendant la journée était celle de la responsabilité des media et du traitement qu'ils avaient infligé à l'ancien premier ministre pour une affaire assez dérisoire finalement par rapport à l'ordinaire des hommes de pouvoir. La question est posée. Qu'à cela ne tienne, France Info organise un débat dans le journée et invite quelques journalistes pour discuter de la responsabilité de la profession. Vous devinez la conclusion du débat.

Les journalistes étaient-ils responsables ? Ce n'est pas le lieu d'en décider. Mais le simple fait qu'ils aient pu imaginer, contre toute éthique, se dresser à la fois comme juge et partie pour finalement se dédouaner eux-mêmes m'a fait comprendre l'indécence qui caractérisait pour l'essentiel cette profession. Pendant plusieurs années j'ai refusé de regarder ou d'écouter un journal d'informations.

La presse, un monde autiste, autoréférentiel, capable de tout justifier ?

Cela m'amène à la deuxième histoir. Celle de la rumeur. Bien sûr la (ou les) rumeur(s) qui cour(en)t sur le "couple présidentiel". Le Monde vient de publier un article assez complet sur ce sujet.

http://www.lemonde.fr/politique/article/2010/04/08/itineraire-d-une-rumeur-devenue-affaire-d-etat_1330501_823448.html

La nouveauté de cet article est que pour la première fois apparaissent dans la presse française les noms des deux autres personnes visées par ces rumeurs: Chantal Jouanno et Benjamin Biolay. Alors que ces noms circulaient déjà dans toutes les conversations de bistrot et dans la presse internationale, jusqu'ici un blocus total était opéré par la presse française. J'ai moi-même, en réaction à un article de Rue89 qui parlait de la rumeur sans en indiquer le contenu, insisté sur le ridicule de la chose et fait l'essai de citer l'un de ces noms (celui de Benjamin Biolay). Notez que mon propos (comme celui du Monde) n'était pas d'étayer la rumeur (je n'en sais rien et à la limite je m'en fous) mais d'expliquer qu'à partir du moment où on parle d'une rumeur on en a dit ou trop ou pas assez. Mon post a été effacé (comme je m'y atendais un peu) et Pascal Riché m'a envoyé un mail personnel pour justifier cet acte:

"Bonjour Laogong

J'ai dépublié votre message.
Nous ne parlons pas de la vie privée des gens. Ce n'est pas de l'autocensure, comme vous semblez le penser, c'est un simple principe déontologique. Merci de respecter notre choix, qui est d'ailleurs partagé par l'ensemble de la presse française.
Qu'il s'agisse de votre vie privée ou celle du chef de l'Etat, le principe est le même.
En outre, colporter des rumerus qui ne sont fondées sur rien de précis n'a rien  à voir avec notre métier, l'information.
Merci de votre compréhension,
Pascal Riché


--
Pascal Riché"

Je publie ici ma réponse:

"Bonjour monsieur Riché,
effectivement ce n'est pas de l'autocensure, c'est juste de la censure puisque c'est mon message que vous dépubliez...
Vous m'excuserez de ne pas partager votre sens de l'équité concernant la vie privée des gens. J'ai fait quelques recherches sur la façon dont Rue89 a traité ces dernières années la vie privée des politiques. Voici quelques liens pour vous rafraichir la mémoire:

http://www.rue89.com/goubelle-sen-mele/nicolas-sans-cecil...
http://www.rue89.com/goubelle-sen-mele/cecilia-convoquee-...
http://www.rue89.com/2007/04/11/cecilia-sarkozy-itinerair...
http://www.rue89.com/un-crayon-dans-la-tete/2009/01/08/to...
http://www.rue89.com/2009/01/03/aznar-pere-du-petit-dati-...
http://www.rue89.com/2007/06/18/quand-segolene-voulait-se...


J'ai trouvé également des commentaires d'internautes qui n'ont pas été censurés faisant état des relations privilégiées entre Rachida Dati et Henri Proglio (vous pouvez vérifier). Il me semble donc que le chef de l'Etat et les autres personnes ne jouissent pas particulièrement du même traitement, contrairement à ce que vous affirmez.
On peut noter votre prudence qui consiste à ne jamais citer directement une rumeur mais une source qui elle-même repose sur la rumeur... en ce qui me concerne ça ressemble beaucoup à de l'hypocrisie (voire un peu de lâcheté) ce que je trouve dommage de la part d'un site que j'apprécie par ailleurs. Est-ce que un titre tel que "Aznar père du petit Dati selon bakchich" ce n'est pas exactement "colporter des rumeurs qui ne sont fondées sur rien", ce qui n'a "rien à voir avec notre métier" comme vous le dites avec tant d'éloquence ? Vous n'acceptez pas non plus lqu'un internaute fasse référence à la vie privée des galonnés mais vous pouvez l'accepter d'un caricaturiste.

"Merci de respecter notre choix, qui est d'ailleurs partagé par l'ensemble de la presse française." Je respecte votre choix puisque de toutes façons vous êtes responsable de la gestion de votre site, si vous avez envie d'effacer les posts qui parlent des lapins de garenne vous pouvez le faire également, je respecterai toujours votre choix. N'attendez pas cependant ma "compréhension" au vu des exemples fournis ci-dessus. Le fait que votre choix soit celui de l'ensemble de la presse française m'inquiète davantage qu'autre chose (cette affirmation suppose que vous en avez discuté avec vos collègues...) Apparemment ce n'est pas le choix de la presse internationale, ce qui soulève la question de savoir pourquoi une rumeur devrait s'arrêter aux frontières de la France comme le nuage de Tchernobyl...
Je vous remercie de votre mail qui d'une certaine manière constitue une pièce de plus dans un dossier déjà trop épais. J'espère simplement que vos "principes déontologiques" ne vont pas étendre leur champ d'application de manière démesurée dans les années qui viennent.

Cordialement,

**** " (j'ai effacé mon nom à la fin, ça s'appelle de l'auto-censure et je l'assume).

Vous jugerez de vous-mêmes de l'état actuel de la presse française, même de sites qui se veulent "indépendants" tels que Rue89. Comment trouver crédibles des explications qui impliquent un choix fait par l'ensemble de la presse française et démenti quelques semaines plus tard par le Monde. Apparemment le Monde (et peut être l'Elysée) a fini par considérer à juste titre que continuer à faire semblant de garder un secret de polichinelle était plutôt de nature à faire gonfler la rumeur que l'éteindre. Faire état de la rumeur et de se contenu, expliquer son origine, ce qui est fait dans l'article du Monde, est probablement le meilleur moyen de la décrédibiliser. Après, libres aux gens d'y croire ou pas, mais au moins le journaliste a fait son travail d'information et essayé d'établir la vérité des faits en ce qui concerne la propagation de la rumeur. Pour le reste c'est effectivement de l'ordre de la vie privée.

Il est aussi tellement symtômatique de voir le traitement que je considère comme vraiment humiliant infligé par l'ensemble de la presse à Rachida Dati pour savoir qui était le père de son enfant. Et puis je ne résiste pas au plaisir de vous mettre un lien vers ce nouvel article de Rue89 sur Pierre Charon:

http://www.rue89.com/2010/04/08/pierre-charon-lhomme-par-qui-le-complot-arrive-146746

Vous noterez qu'au motif de raconter des histoires sur Pierre Charon, le site d'information ne se prive pas de propager quelques rumeurs, dont une particulièrement dégradante sur la fille de Jacques Chirac. Mais Dati ou Chirac ne sont pas Sarkozy.

Alors les journalistes, une profession corporatiste et voyeuriste comme le dit Mélenchon ? De mauvaise foi ? Versatile ? Complaisante avec elle-même ?

Non. Jamais. Qu'est-ce que vous allez imaginer là ?

 

Commentaires

Concernant Pascal Riché de rue89, Je ne peux que vous donner raison.

Votre citation « N'attendez pas cependant ma "compréhension" ». Je la lui ai renvoyé sous une autre forme en réponse à son mail.
« Non je n'ai pas de compréhension, quand un jeune con de 16 ans se moque ouvertement de la mort de 3 personnes dont une femme enceintes.
Donc je ne peux avoir de compréhension pour votre action ». La réaction de la part de Pascal Riché a été de bloquer mon compte.
Dans votre texte ci-dessus vous attirez l'attention sur "" les galonnés "", justement le père de ce jeune riverain de Rue89 « mathieu2012 » est un militaire (voir sur son blog)

Explications des faits.

Un de mes messages sur rue89 attirait l'attention sur le riverain « mathieux2012» et de son blog « http://nicolas-sarkozy-2012.blogspot.com » dans lequel j'ai trouvé sous le Libellés : « Humour décomplexé »

«…Manifestations en Grèce : 3 morts…
Ca fait toujours trois pédés de moins à renflouer !

et deux commentaires du même style
6 mai 2010 06:33
Silvain a dit…
mat tu déchire ! un vrai killer ! mdr !!!

6 mai 2010 07:07
Mathieu a dit…
merci ! un peu d'humour ne fait jamais de mal ! »

Écrit par : Jean-Luc LUMEN | 09/05/2010

Bonjour,

Je vous invite à découvrir ce blog, dans lequel j'expose de manière assez précise et détaillée les harcèlements, injures et diffamations qui sont, sinon organisés, au moins favorisé, encouragés par les journalistes de Rue89 à l'encontre des internautes qui les dérangent pour diverses raisons, et la plupart du temps parce qu'en s'exprimant sur leur site ou ailleurs sur le net ils comblent quelques lacunes des médias dominants :

http://unpetitcoucou.over-blog.com/

Dans ce cas, Pascal Riché et ses collaborateurs sont les premiers à étaler publiquement identités et éléments de la vie privée recueillis on ne sait comment, mais aussi, éléments de cette vie privée totalement inventés dans le seul but de discréditer l'intervenant dans tous ses propos et témoignages.

Cordialement,

Un Petit Coucou.

Écrit par : Un Petit Coucou | 10/05/2010

Je précise que l'objectif de l'article était d'abord de parler des journalistes en tant que corporation et pas spécialement de discréditer Rue89 ou Pascal Riché en particulier. L'exemple de Rue89 me permet seulement d'illustrer que même un site d'information qui se veut "indépendant" (et qui effectivement produit un certain nombre d'articles de très bonne qualité, en particulier sur les banlieues et les violences policières), un tel site est régi par la même loi de la corporation que les autres...

Écrit par : Lauteur | 10/05/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu