Avertir le modérateur

30/11/2011

Observatoire Indépendant des Statistiques Politiques

Les dernières semaines ont été témoins d'au moins deux déclarations très médiatiques reposant sur des "chiffres-choc" et visant à intervenir dans la campagne présidentielle. Ayant été dans ma jeunesse diplômé en statistiques, la lecture des journaux me rappelle souvent notre premier TD de "statistique descriptive" qui était consacré à l'exposé des différentes façons de faire dire tout et n'importe quoi à un chiffre.

Je vais donc ci-dessous analyser ces deux "chiffres-choc" en essayant de corriger le biais de la manipulation des médias.

200 000 étrangers arrivent en France légalement chaque année - le chiffre "vrai" mais détourné de son sens. La force de ce chiffre que Guéant reprend au Front National c'est d'être vérifiable: en gros 200000 étrangers se voient attribuer leur premier titre de séjour annuellement. Ce qui est pratique avec le chiffre vérifiable, c'est qu'en général le vérificateur se dispense de l'effort de comprendre ce qu'il veut dire.

Alors pourquoi ce chiffre est-il manipulateur ? Pour deux raisons au moins. Dans la bouche du Front National, l'utilisation de ce chiffre laisse entendre que chaque année la population française compte 200 000 personnes d'origine étrangère en plus. il s'agit là d'une confusion probablement volontaire entre flux d'immigration et solde migratoire. Pour savoir comment un récipient se remplit, c'est bien de compter ce qui rentre mais c'est bien de compter aussi ce qui sort ! L'ordre de grandeur officiel (voir l'INED ou l'INSEE) du solde migratoire est de + 50000 personnes par an. Un article très intéressant sur Rue89 d'hervé Le Bras nous fait remarquer que ce solde migratoire ne prend pas en compte les français qui quittent le territoire, comptés comme expatriés et pas comme émigrants. On peut donc en conclure que 150000 étrangers sortent de manière "légale" de la France chaque année et que seulement 50000 personnes d'origine étrangère supplémentaires peuplent la France chaque année. Le Front National nous dira certainement que ces étrangers ne repartent pas en fait, ce qui est sans doute vrai parfois mais qui n'est pas pour l'instant l'objet du débat. A ce stade il est également intéressant de noter que sur les 200000 arrivants un tiers nous viennent de l'Union Européenne ce qui tempère l'idée d'une invasion musulmane (voir les documents de l'INED).

Plus intéressant encore: quand le solde migratoire est de l'ordre de 50000, le solde naturel (Naissances - Décès) est lui de l'ordre de 200000, soit un rapport de un pour quatre. Si on retire 50000 français qui émigrent tous les ans selon Hervé Le Bras, on en reste à un étranger supplémentaire pour trois français supplémentaires chaque année. Il s'agit d'une caractéristique française qui n'est pas partagée par l'Allemagne par exemple et qui tempère encore plus l'idée de l'invasion étrangère. En Allemagne en 2002, pour 1000 habitants on comptait annuellement un Allemand en moins et trois étrangers en plus. Aujourd'hui l'immigration ne suffit plus à compenser la décroissance de la population allemande.

L'autre confusion entretenue sur le chiffre de l'immigration "légale" repose sur l'idée sous-jacente qu'en surplus de cette immigration légale on a une immigration illégale qui aggrave significativement l'"invasion". Ce point est plus subtil que le précédent et il convient de revenir sur la mesure de l'immigration "légale": il s'agit bien du nombre de personnes ayant obtenu leur premier titre de séjour au cours de l'année et qui sont restées au moins un an. Mais le fait d'obtenir son premier titre de séjour en 2011 ne signifie pas qu'on est entré en France en 2011, loin de là. Même pour un étranger en situation totalement régulière, le délai entre la demande du titre de séjour et son obtention peut facilement excéder un an, de récépissé en récépissé. Et bien sûr il y a les étrangers en situation irrégulière qui sont régularisés au fil de l'eau. Les profils du flux d'immigration "légale" et du flux d'immigration "réelle" ne sont donc pas les mêmes, ces derniers ne pouvant être reconstruits qu'au bout d'au moins une dizaine d'années. L'immigré "légal" d'aujourd'hui est parfois l'immigré "irrégulier" d'hier et de ce point de vue il serait erroné d'ajouter systématiquement l'immigration illégale à celle légale, au risque d'opérer des double-comptages et de gonfler abusivement l'immigration totale sur la période considérée.

La sortie du nucléaire coûtera 1 million d'emplois à la France - le chiffre invérifiable et tronqué de Proglio. Ce qui est pratique avec les chiffres invérifiables c'est qu'ils sont difficiles à contredire précisément vu qu'ils ne reposent sur rien, et comme personne n'est assez malhonnête pour proposer un autre chiffre tout aussi invérifiable, c'est le premier qui a menti qui a gagné !

Toutefois Proglio se permet de "décomposer" le chiffre: 400000 emplois directs et indirects de la filière nucléaire. 500000 dans les entreprises gourmandes en énergie du fait de la hausse des tarifs de l'électricité. Et même 100000 emplois futurs parce que la France exportera sa technologie nucléaire à l'étranger.

J'écart d'emblée le troisième chiffre, il ne faut vraiment pas avoir peur du ridicule après Fukushima ! La réalité c'est qu'EDF est déjà en train de travailler avec des partenaires chinois pour développer un nouveau réacteur et que l'EPR est un fiasco. Bref, il est déjà plus ou moins prévu qu'une partie de la filière nucléaire française se délocalisera en Chine. Autant pour les emplois futurs des français !

Concernant l'électricité plus chère, on ne peut pas écarter cet aspect effectivement. Mais si on considère que le prix des énergie fossiles va de toutes façons exploser, quel pays offrira des conditions tellements plus attractives que la France ? La Norvège avec son hydraulique ? L'Islande avec sa géothermie ? Le coût des énergies renouvelables telles que l'éolien ou le solaire devient de plus en plus compétitif, dans quinze ou vingt ans il est probable que la question de ce coût ne se posera pas tant. La vraie difficulté est technique, elle concerne le stockage de l'électricité fatale et son transport par le réseau. ceal peut représenter un coût supplémentaire mais qui sera amorti dans le temps comme l'a été le coût des centrales nucléaires.

Quanr aux emplois dans la filière nucléaire, bon, ça paraît sensé si on arrête le nucléaire. On peut noter tout de même qu'avec le démantèlement des centrales, la construction de sites de stockages, la gestion des déchets, etc... on a malheureusement encore pas mal de pain sur la planche. Du travail bien réel et plutôt risqué pour des ouvriers qui préféreraient peut-être surveiller un parc d'éoliennes, n'en déplaise à la CGT.

La manipulation dans le chiffre de Proglio est très claire: il ne prend en compte que les emplois perdus comme si en sortant du nucléaire on arrêtait purement et simplement de produire de l'électricité ! Cette fois, on compte ce qui sort du récipient mais pas du tout ce qui rentre. On peut discuter pour savoir si le renouvelable produira plus ou moins d'emplois que le nucléaire, les chiffres sont invérifiables, mais on ne peut pas discuter le fait que de l'emploi sera créé dans la filière renouvelable. L'Allemagne, pionnière dans le renouvelable, est toujours présentée comme la bonne élève en matière d'emplois. On devrait même s'inquiéter, d'après la discours de Proglio, que la France soit aussi sensible du point de vue industriel à une seule filière, et de ce que Sarkozy et Proglio l'encouragent à devenir encore plus spécialisée dans cette filière. Mais le plus savoureux dans tout ça c'est qu'une semaine plus tard Les Echos annoncent fièrement qu'Areva va construire deux parcs éoliens en Allemagne. Il est probable qu'il s'agit d'une réponse à la menace d'Areva de licencier massivement en Allemagne, mais on se rend compte que l'intérêt de se diversifier a été vu par Areva depuis 2007.  On ne sait pas si la sortie du nucléaire en France détruire des emplois, mais il semblerait que la sortie du nucléaire en Allemagne puisse créer des emplois en France ! Comprenne qui pourra...

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu