Avertir le modérateur

15/02/2012

Economistes atterrés

Les "économistes" n'en finiront plus d'être surpris et de surprendre par la même occasion si l'on en croit un article du Monde. La France, contrairement aux autres pays de la zone euro, a vu son PIB croître au quatrième trimestre de 2011. Voilà sans doute une raison de se réjouir penseront d'aucuns encore sous l'influence de la croissance du PIB comme indicateur absolu de leur bien-être, eh bien au contraire les "économistes" peut-être convertis à la décroissance semblent déçus, eux qui avaient prévu une contraction du PIB.

Il faut dire que le plus contrariant dans tout ça c'est que la France, LE mauvais élève par excellence, se retrouve à ce stade devant l'Allemagne, LE modèle par excellence de tout ceux qui s'affichent économistes dans la presse de salon. Et si naguère on a vu les économistes (les vrais) "atterrés" par la bêtise de ces chantres de l'austérité, aujourd'hui ce sont les experts des journaux qui sont atterrés de voir la France ne s'effondre pas. Ils seront bien sûr les seuls surpris, et le seront encore plus l'année prochaine, eux qui ont déjà oublié combien le PIB allemand s'était effondré suite à la récession de 2009, alors que la France avait mieux résisté. A l'époque même l'UMP nous vantait le mérite des "stabilisateurs économiques" français, euphémisme pour désigner le modèle social en général vanté par la gauche radicale. Aujourd'hui, austérité et campagne électorale oblige, il est carrément de mauvais goût que ces mêmes stabilisateurs s'invitent dans nos statistiques pour faire un pied de nez à l'Allemagne.

Rappelons que le "modèle" allemand repose sur les exportations quand l'activité française repose sur la consommation intérieure. La seule chose que les allemands ne peuvent donc pas exporter c'est leur modèle qui repose sur le principe du "passager clandestin", et pourtant l'austérité généralisée imite la politique de Schröder des années 2000. La récession est déjà bien installée en Grèce, au Portugal, en Italie, elle s'invite en Espagne et au Royaume-Uni. C'est bien dommage pour l'Allemagne qui a besoin que les autres consomment les produits qu'elle exporte. C'est exactement la raison pour laquelle le choc a été aussi fort en 2009 pour les allemands et c'est ce qui fait poindre la récession également chez eux. Leur économie risque de se retrouver à genoux à moins d'un changement drastique de politique. Et ce n'est pas un hasard si, imposant l'austérité à toute l'Europe, ils desserrent l'étau chez eux. En Allemagne on parle baisse d'impôts et augmentations de salaires. Il va bien falloir que les allemands se remettent à consommer ce qu'ils produisent ! C'est donc le paradoxe qui veut que tous les pays européens vont s'abîmer dans le gouffre du "modèle allemand" au moment où l'Allemagne se voit bien contrainte d'en sortir.

La France est relativement épargnée parce que son système social n'a pas encore été balayé, malgré les coups de boutoir de Raffarin puis Fillon, parce que elle compte sur sa consommation propre. Le modèle français est en fait le seul exportable mais nous soulevons ici un grand tabou chez ces fameux "économistes".

Pour eux, à en croire l'article, le comportement français relève de l'"accident". Dans le même temps, ils soulignent que l'évolution semble « robuste, soutenue par la consommation, l'investissement et les exports ». Un "accident robuste", voilà peut-être ce qui décrit le mieux notre modèle aux yeux de la planète économie. Nos stabilisateurs n'ont pas fini de les étonner et de les atterrer; jusqu'à ce qu'ils soient forcer de reconnaître même à contrecoeur que donner aux gens les moyens de vivre c'est tout simplement la recette qui leur permet de vivre...

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu