Avertir le modérateur

25/04/2012

Nouveaux arrangements a gauche

C'est sur pas moins de 350 circonscriptions ou le Front National pourrait se maintenir au second tour que Jean-Luc Melenchon propose de s'allier au PS. Au debut de la campagne on parlait de 50 circonscriptions ou la gauche etait menacee d'etre eliminee. On appreciera l'evolution... Dans le meme temps le representant du Front de Gauche maintient que sa vocation est de rester dans l'opposition.

On a du mal a voir autre chose qu'un suicide politique dicte par un vent de panique dans cette demarche. Pour de nombreuses raisons.

D'abord le risque de presence du Front National au second tour n'est pas la meme chose que le risque d'un elimimation de la gauche au premier tour. On le voit, la presence du Front National au second tour est maintenant tres probable mais le risque de voir le candidat elu reste faible. Une alliance a gauche est toujurs possible entre les deux tours. Le risque en revanche d'une elimination du Front de Gauche au premier tour est lui tres eleve, en raison du principe generalise du vote utile. Le vote pour le Front de Gauche a la presidentielle etait assez uniforme dans les departements, ce qui est plutot un signe de bonne sante pour le mouvement em soi, mais plutot une mauvaise nouvelle pour les legislatives. En effet, dans les bastions communistes, le Front de Gauche fait certes un score eleve mais Melenchon reste derriere Hollande, parfois assez largement. Bref, certains deputes doivent avoir chaud aux fesses et c'est probablement ce qui vaut cette proposition hative, qui ressemble plus a une reddition qu'a un cadeau. Heureusement pour la gauche, le PS n'a pas d'interet a un tel accord et c'est pourquoi il sera sans doute refuse.

Mais il marque clairement une des limites de la demarche du Front de Gauche consistant a rester dans le strict cadre d'institutions qui verrouillent la democratie. On se presente a la presidentielle pour pouvoir s'exprimer et on se trouve piege par le score du premier tour. On essaie ensuite de liniter la casse aux legislatives et on se retrouve pieds et poings lies au PS. Le plus triste dans cette demarche c'est qu'elle reprend a son profit le poncife ecule du vote utile face au danger du FN, poncife que Melenchon n'avait cesse de taillader quand ca l'arrangeait. 

Si on deteste les idees du Front National on peut toutefois en etudier la strategie intelligemment. Un element cle du succes de Marine Le Pen c'est son image d'independance intransigeant face a l'UMP. Son pere n'a ps toujours eu cette attitude mais le FN n'hesite pas aujourd'hui a sacrifier des postes possibles a l'Assemblee Nationale pour conserver cette attitude. On voit que sur le long terme la deliquescence des deux partis principaux rend cette strategie payante. Non pas qu'il s'agisse d'enjeux bassements lectoraux mais il s'agit des idees vers lesquelles le peuple se tournera au moment de la crise. MLP aura beau jeu desormais de railler Melemhon le "leurre", lui qui appelle non seule;ent a voter Hollande mais lui propose d'emblee de s'allier sur 350 circonscriptions, tout en clamant son independance.

Cette ficelle un peu grosse si elle se confirme risque de detourner les electeurs du Front de Gauche qui s'etaient laisses convaincre par la coherence de son programme et l'envie de proposer une alternative credible a gauche. Les dirigeants du Front de Gauche devraient avoir a l'esprit que s'ils ont convaincus c'est d'abord par leur difference par rapport au PS et qu'ils on rallie des sensibilites qui ne demandaient qu'a s'unir enfin. Cette union pourrait toutefois s'effectuer dans un autre cadre. Au moment ou les dirigeants du Front de Gauche s'interrogent sur l'opportunite de creer un parti, il faut d'bord qu'ils regardent a leur gauche et la main qui semble enfin tendue par Olivier Besancenot. Peu importe la forme, peu importe l'etiquette, c'est ce mouvement des idees qu'il faut faire eclore. Et les interets electoralistes ne vont pas emouvoir le peuple de gauche. Si l'alliance a gauche ne se fait pas en toute independnce du PS, alors il faudra se tourner vers les alternatives que sont le NPA et LO. Le peuple de gauche devra mener une veritable guerilla electorale, sauter de parti en parti pour enfin faire entendre sa voix.

Le NPA a toujours clame sa volonte d'independance du PS, jusqu'a la parano parfois, mis on va finir par croire que Besancenot avait de bonnes informations si Melenchon nous la joue calculatrice. L'avenir de la gauche ne passe pas par une alliance bas de gamme aux legislatives. Il faut que lorsue le gouvernement Hollande sera inevitablement discredite par son inertie financiere, la gauche ait les mains propores pour proposer une alternative au Front National. Sous peine de voir Marine a 40% dans cinq ans...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu