Avertir le modérateur

10/01/2016

La déchéance...

La déchéance de nationalité occupe aujourd'hui une large part de l'espace médiatique, jusqu'à la nausée presque, Manuel Valls jouant les pompiers pyromanes en rejetant la "déchéance pour tous" au prétexte que la France ne peut créer d'apatrides...

Il n'est pas question ici d'adopter une posture morale qui est aujourd'hui devenue inaudible dans l'espace public et qui est donc condamnée par avance. On peut juste noter que l'échec majeur de la République réside aujourd'hui en ce fait que les français ne croient aujourd'hui plus suffisamment en elle pour penser une loi sous un angle éthique ou moral. Les media ont suffisamment poussé en ce sens et la frénésie législative qui fait des trous à la Constitution puis y colle des rustines pour répondre aux aboiements de circonstance est finalement tout à fait cohérente avec la prééminence du marché. On ne pourra donc plus s'étonner maintenant que tout problème est désormais envisagé sous l'ange de l'urgence et de la nécessité, que a fortiori les lois relatives au terrorisme et à la sécurité publique soient promulguées à la mitraillette...

On peut toutefois essayer de faire comprendre pourquoi la déchéance des binationaux, mesure essentiellement symbolique, n'aidera en rien le travail de la police dans la lutte contre le terrorisme. Commençons par un exemple. Imaginons aujourd'hui un franco-algérien exilé dans le désert Syrien et pilotant des cellules "dormantes" en France en vue d'y préparer des attentats. L'homme est complètement connu des services de renseignement français, il est convaincu de terrorisme, mais ses réseaux en France demeurent largement obscurs.

Imaginons que, fort de ces renseignements, le gouvernement français décide de le déchoir de sa nationalité française à la grande satisfaction des éditorialistes et du public. Voici donc notre terroriste devenu simple citoyen algérien sans que ses réseaux en France n'aient été nullement éventés. Supposons ensuite que le même fanatique est interpellé en Turquie pourquoi pas, ou encore par les forces syriennes ou russe. Il est assez probable que la France souhaitera l'interroger pour démanteler les réseaux terroristes en France ou même demander son extradition pour le juger et le condamner. Quel poids aura-t-elle pour cela alors qu'elle aura elle-même proclamé qu'il n'est qu'un citoyen algérien. Il est donc tout à fait possible qu'il soit d'abord expulsé vers l'Algérie en laissant cette dernière décider de son éventuelle extradition. Ce serait même la solution la plus logique.

Si l'on se place maintenant du point de vue du gouvernement algérien à qui la France décide de facto de renvoyer toute une pléiade de djihadistes, nés en France et radicalisés en France. Il est assez peu probable que cette mesure soit considérée comme un acte amical de la part d'un pays dont les habitants ont payé de leur sang la lutte contre le terrorisme. Pays qui n'a soit en dit en passant jamais eu besoin d'aller bombarder au Moyen-Orient pour lutter contre les barbus qui sévissaient chez eux. Autant dire qu'il n'est pas certain que l'état d'esprit du gouvernement algérien soit à ce moment à la conciliation avec la France, alors que traditionnellement les deux pays travaillaient en bonne collaboration.

Si on voit un peu plus loin, on peut même assez facilement imaginer que l'Algérie retire la nationalité algérienne de manière préventive à tous les ressortissants binationaux qui leur auront été signalés comme suspects par les services français. A irresponsable, irresponsable et demi pourrait-on dire... cette réflexion s'étend assez facilement à la Tunisie dont on ne répétera jamais assez que le gouvernement actuel a collaboré étroitement et efficacement avec les services français sur les attentats commis en janvier et novembre 2015. Compliquer nos relations avec des pays qui nous aident dans la lutte contre le terrorisme, hypothéquer notre capacité à démanteler les réseaux qui existent en France, tout ça pour un impact immédiat nul sur le risque terroriste (qui peut penser que notre lieutenant de Daesh a la quelconque intention de revenir en France jouir de sa nationalité alors qu'il est en train de se construire un état au Moyen-Orient ?), voilà la portée visionnaire des mesures qui nous sont proposées par le gouvernement.

Tout ça avec l'espoir de lutter contre le Front National en prenant préventivement les mesures ce dernier propose... la déchéance n'est forcément pas là où on la place.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu